« Le beau est ce qu’on peut contempler. Une statue, un tableau qu’on peut regarder pendant des heures.

Le beau, c’est quelque chose à quoi on peut faire attention.

Musique grégorienne. Quand on chante les mêmes choses des heures chaque jour et tous les jours, ce qui est même un peu au-dessous de la suprême excellence devient insupportable et s’élimine.

Les Grecs regardaient leurs temples. Nous supportons les statues du Luxembourg parce que nous ne les regardons pas.

Un tableau tel qu’on puisse le mettre dans la cellule d’un condamné à l’isolement perpétuel, sans que ce soit une atrocité, au contraire. »

Simone Weil, La pesanteur et la grâce, Plon, 1947.

Mes notes autour de cette lecture, en suivant ce lien.

BLOG – DERNIERS ARTICLES MIS EN LIGNE