Si tu veux être entier,

laisse-toi être partiel.

Si tu veux être droit,

laisse-toi être tordu.

Si tu veux être plein,

laisse-toi être vide.

Si tu veux renaître,

laisse-toi mourir.

Si tu veux que tout te soit offert,

renonce à tout ce que tu as.

(…)

Le Maître, parce qu’il n’a aucun but,

réussit tout ce qu’il fait.

Extrait du Tao Te King

(«Livre de la Voie et de la Vertu» du «Mystère originel suprême») qui aurait été écrit autour de 600 av. J.-C. par Lao Tseu, le fondateur du taoïsme.

Note de lecture :

Finalement, ce n’est pas entier, droit et plein que l’on devient ainsi. Entre l’entier et le partiel, on se découvre comme on est, sans jugement. L’entier que l’on voulait était en lutte avec le partiel.

Entre le droit et le tordu, on se découvre stable. La droiture n’était qu’une carapace qui luttait contre ce qui est tordu.

Entre le plein et le vide, on ne se sent ni plein ni vide. Ni fort ni faible, ou plutôt les deux en même temps. Ce qui devient alors essentiel, c’est le courage d’avancer que l’on découvre, que l’on soit plein ou vide. Le projet est plus important alors que ce que l’on voudrait de soi-même.

De même, renaitre et mourir en même temps… Et c’est la vie qui s’ouvre avec tous les cadeaux qu’elle offre.

Pour approcher de ce que Lao Tseu nous propose, essayez ceci :