« Une seule chose est nécessaire : la solitude.

La grande solitude intérieure. Aller en soi-même et ne rencontrer pendant des heures personne, c’est à cela qu’il faut parvenir. »

Rainer Maria Rilke

Note de lecture :

Le silence qui répond à la lettre que l’on faisait parvenir à un ami… L’incompréhension de ce silence. Et dans ce silence, l’endroit où l’on renonce à comprendre ou à espérer une réponse. Aller en soi-même et ne rencontrer personne.

L’absence de la personne aimée, le manque de cette personne, trop lointaine pour être rejointe.

Découvrir l’endroit en soi qui ne souffre pas de ce manque.

Quelle est la place de l’autre dans ma vie ?

Si j’ai besoin de l’autre, n’est ce pas qu’il n’est qu’un moyen pour moi ?

un moyen de vivre des sentiments agréables. On souhaite qu’il nous offre sa sympathie, d’une façon éternelle si possible. Cela évite de sentir que l’on est instable dans ses sentiments. On fait jouer à l’autre le rôle d’un parent, d’un tuteur.

un moyen de se détourner des multiples sollicitations du quotidien. Cela évite de vivre notre difficulté à nous tenir dans le monde. On fait jouer à l’autre le rôle d’une récréation.

un moyen de se sentir plus fort devant un obstacle. Cela évite de sentir qu’il nous manque le courage d’avancer pas-à-pas. Il nous manque la force d’y aller pas à pas. On puise sa force en l’autre. On fait jouer à l’autre le rôle d’un allier, d’un conseiller.

un moyen de communier ensemble en un quelque chose qui rend la vie plus belle. Cela évite de sentir que nous ne pouvons pas nous ouvrir à la beauté de la vie. On fait jouer à l’autre le rôle de celui qui valide ce quelque chose d’important.

Ainsi, les rôles que l’on fait jouer à l’autre dépendent des manques que nous avons.

Rencontrer la solitude, c’est renoncer à faire de l’autre un moyen.

C’est traverser l’épreuve qu’il nous aurait épargner de vivre. C’est découvrir l’endroit à partir duquel on devient acteur de ce qui nous arrive. L’endroit à partir duquel il est possible de rencontrer l’autre véritablement.

Comment rencontrer quelqu’un sans cette solitude ? On ne rencontre sinon que ses propres manques.

La solitude que l’on accueille est la clef de la rencontre. La clef de ce qui peut se donner sans prendre, sans attendre rien en retour.

Il n’y a pas d’amour sans rencontrer cette grande solitude intérieure.

Et la personne aimée, qu’elle soit proche ou trop lointaine pour être rejointe, peut être aimée véritablement.

 Ceci dit, la satisfaction des besoins qui viennent d’être évoqués n’est pas un mal… Simplement, en apprivoisant la solitude, elle se fait cadeau, plutôt qu’un joyau que l’on dérobe.

Guillaume Lemonde

AUTRES CITATIONS DE R. M. RILKE, SUR LE SITE SALUTO

BLOG – DERNIERS ARTICLES MIS EN LIGNE