Photo : Rudolf Ammann

Vous avez probablement déjà eu l’occasion d’utiliser un navigateur de bord. Vous entrez les coordonnées du lieu où vous voulez vous rendre et il vous est demandé si vous souhaitez le chemin le plus rapide ou le plus court. Or, vous aurez remarqué que le chemin le plus court est pour ainsi dire jamais le plus rapide. Il fait passer par de petites routes improbables, sur lesquelles la circulation est difficile. Vous introduisez donc le choix : chemin le plus rapide. Vous ferrez quelques kilomètres de plus, mais vous savez qu’il faut parfois accepter un détour pour arriver plus vite. Bref, le chemin le plus rapide, n’est pas la ligne droite.

Or, ce qui est vrai lors d’un voyage est tout aussi vrai pour la réalisation d’un projet. Quand nous avons un objectif à réaliser, il nous est également demandé de choisir soit le chemin le plus court, soit le plus rapide. Nous n’en avons pas conscience et pourtant, il est important de le savoir !

 

Le chemin le plus court se trouve dans un référentiel spatial

Le chemin le plus court, la ligne droite, se trouve dans un référentiel spatial. Nous choisissons ce chemin lorsque nous nous projetons dans un résultat défini. Il y a un point de départ et un point d’arrivée précis. Entre les deux, une ligne droite idéale. Nous visons ce point d’arrivée et voulons y parvenir sans détour. Pour ce faire, nous avons défini ce point d’arrivée dans tous ses détails :

 

Nous savons où notre projet se réalisera,

quand il doit être réalisé,

avec qui…

 

Que va-t-il se passer dans ces conditions ? Si le point d’arrivé, l’horaire d’arrivée et tout le reste sont déjà fixés, et que nous voulons nous y rendre sans détour, nous allons nous retrouver sur « des petites routes improbables, sur lesquelles la circulation est difficile ». Nous rencontrerons des obstacles. Telle circonstance imprévue va se dresser sur notre chemin et nous empêcher d’avancer, telle personne va nous mettre des bâtons dans les roues au moment le plus inopportun.

 

Il y aura des heurts. Nous aurons des combats à mener, des conflits en perspectives. Beaucoup d’énergie sera dépensée pour venir à bout des obstacles qui nous empêchent de concrétiser notre projet dans un lieu donné, selon un timing donné. Nous aurons même l’illusion que la victoire sur ces obstacles sera la condition sine qua non pour que le projet se réalise.

 

 

Mais si nous choisissons le chemin le plus rapide, ce sera bien différent :

En effet, le chemin le plus rapide se trouve dans un référentiel temporel

Le chemin le plus rapide se trouve dans un référentiel temporel. Cela signifie que nous avons le temps avec nous. Notre chemin n’est pas dicté par le point d’arrivé, mais dépend de ce que nous allons rencontrer en chemin. Nous n’aurons pas à emprunter de petites routes improbables coûte que coûte…

 

La métaphore du navigateur de bord est bien entendu très limitée : avec un GPS, en introduisant un point d’arrivée on se trouve de toute façon dans un référentiel spatial, que l’on choisisse le chemin le plus court ou le plus rapide. Ici, représentez-vous le point d’arrivée non spatialement : on ne sait pas où l’on va arriver.

 

On sait ce que l’on veut atteindre, mais on ne sait pas où cela sera, ni avec qui, ni comment, ni quand (puisqu’on a le temps avec soi). On part à l’aventure.

 

Nous n’avons pas de but précis (spatial), mais pour autant, l’objectif est très clair. C’est lui qui nous conduit. Pour illustrer cela, parlons des Rois Mages.

 

Vous avez probablement entendu parler des Rois Mages qui suivaient l’étoile

Vous avez probablement entendu parler des Rois Mages qui suivaient l’étoile. Il n’aura échappé à personne que les Rois Mages n’avaient pas pour but de se rendre sur l’étoile. L’étoile n’était pas le but de leur chemin. Si tel avait été le but, ils auraient rencontré quelques obstacles insurmontables. L’étoile, c’était leur objectif. Ils ne savaient pas comment cette étoile allait se concrétiser dans leur vie, mais ils la suivaient fidèlement. Ils ne la perdaient pas de vue. Ils ignoraient où leurs pas allaient les conduire, mais ils ne perdaient pas de vue ce qui était important pour eux.

Le chemin zigzaguait beaucoup, mais quelle que fût la direction (spatiale) qu’ils avaient à prendre en fonction des obstacles rencontrés, l’objectif restait présent dans chacun de leur pas. Ils avaient eu à contourner un lac, une forêt, un désert. Ils décidaient du chemin selon ce qu’ils trouvaient devant eux.

 

Ces obstacles rencontrés étaient d’ailleurs bien plus des péripéties que des obstacles. Rien ne pouvait les arrêter puisque rien ne les retardait. Et rien ne les retardait puisqu’ils n’avaient pas fixé l’heure d’arrivée. Ils avaient le temps pour eux : ils savaient juste qu’il était temps de se mettre en chemin et ils cheminaient. En suivant un objectif et non un but su d’avance, ils étaient engagés sur le chemin le plus rapide, même si ce n’était peut-être pas le plus court.

 

Si vous avez un objectif qui vous tient à cœur

Si vous avez un objectif qui vous tient à cœur, n’oubliez pas les Rois Mages. Si vous voulez voir cet objectif se réaliser, oubliez vos référentiels spatiaux. Redéfinissez l’objectif afin de le dépouiller de la nécessité d’un lieu. Le lieu est inconnu. Ce que vous portez se réalisera quelque part, mais ce quelque part reste pour l’instant inconnu.

 

Si vous tenez à ce que ce projet se fasse à un endroit précis, vous devez compter avec de petites routes improbables, sur lesquelles la circulation sera difficile. Vous rencontrerez des obstacles.

 

Si vous tenez à ce que ce projet se réalise précisément à un certain moment, ce n’est pas mieux : vous contraignez le temps. Vous ne l’avez plus avec vous, mais contre vous. Là aussi, la circulation sera difficile. Concentrez-vous simplement sur ce qui est important et faites un pas dans cette direction. Le prochain pas se décidera après le premier et de pas en pas, vous rendrez présent l’objectif que vous portez. Et vous arriverez plus vite que vous ne croyez. D’ailleurs vous êtes déjà arrivés, au moment même où vous commencer de marcher ainsi. L’objectif que vous portez est en train de se réaliser à chaque décision que vous prenez pour vous approcher de lui, à chaque pas que vous faites.

 

Voilà pour aujourd’hui.

Un article sur le même sujet pourrait vous intéresser

Ainsi que celui-ci.

Si vous avez aimé ce texte, partagez-le avec vos amis.

Les commentaires sont également bienvenus.

Bien à vous

Guillaume Lemonde