ANTOINE DE SAINT-EXUPÉRY : “CHACUN EST SEUL RESPONSABLE DE TOUS”

ANTOINE DE SAINT-EXUPÉRY : “CHACUN EST SEUL RESPONSABLE DE TOUS”

« Chacun est responsable de tous. Chacun est seul responsable. Chacun est seul responsable de tous. »

Pilote de guerre (édition 1942) – Antoine de Saint-Exupéry

NOTE DE LECTURE :

La plupart du temps, la responsabilité est prise pour une notion chronologique : serait responsable celui qui a causé un événement particulier. Mais comme on peut toujours trouver des causes à cette cause-là, la responsabilité se reporte immanquablement en amont sur d’autres faits et devient vite collective. On parle de responsabilité partagée, ou de circonstances atténuantes. (Regarder la responsabilité en cherchant dans le passé, est déresponsabilisant.)

Mais on peut considérer la responsabilité en prenant une perspective différente, comme si nous pouvions nous placer plus tard dans l’avenir et nous retourner pour voir ce que nous allons faire aujourd’hui dans cette situation. De ce point de vue, est responsable celui qui répond de la situation, qu’elle qu’en soit la cause identifiée. Répondre de la situation, c’est l’embrasser à bras le corps et en faire l’opportunité du meilleur.

À ce titre, on est seul maître à bord pour en décider, mais aussi responsable de tous, même de ceux qui nous auraient fait du mal…    Lire plus

Ci-dessous, d’autres articles au sujet de citations d’Antoine de Saint-Exupéry :

BLOG – DERNIERS ARTICLES MIS EN LIGNE

SAINT-EXUPÉRY ET LA LIBERTÉ : ELLE NE S’ARRÊTE PAS OÙ COMMENCE CELLE DES AUTRES…

SAINT-EXUPÉRY ET LA LIBERTÉ : ELLE NE S’ARRÊTE PAS OÙ COMMENCE CELLE DES AUTRES…

FACEBOOK ET LINKEDIN NE VOUS MONTRENT PAS TOUTES LES PUBLICATIONS SALUTO.

VOUS POUVEZ VOUS INSCRIRE DIRECTEMENT EN BAS DE CHAQUE ARTICLE POUR ÊTRE PRÉVENU SANS FAUTE.

Ayant oublié l’homme, nous avons défini notre liberté comme une licence vague, exclusivement limitée par le tort causé à autrui. Ce qui est vide de signification, car il n’est point d’acte qui engage autrui. (“Pilote de guerre” – 1942)

 

Cette phrase est d’Antoine de Saint-Exupéry.

Antoine de Saint-Exupéry est né le 29 juin 1900 à Lyon et disparu en vol le au large de Marseille le 31 juillet 1944. Il est écrivain, poète, aviateur, reporter.

 

 

***

Un autre article qui pourrait vous intéresser :

SAINT-EXUPÉRY : “QUE FAUT-IL DIRE AUX HOMMES ?”

 

Ci-dessous, d’autres articles au sujet de citations d’Antoine de Saint-Exupéry.

Que faut-il dire aux hommes ? Antoine de Saint Exupéry

Que faut-il dire aux hommes ? Antoine de Saint Exupéry

QUE FAUT-IL DIRE AUX HOMMES ? Antoine de Saint-Exupéry 

Lettre au général X, 30 juillet 1944

« (…) Aujourd’hui, je suis profondément triste. Je suis triste pour ma génération qui est vide de toute substance humaine. Qui n’ayant connu que les bars, les mathématiques et les Bugatti comme forme de vie spirituelle, se trouve aujourd’hui plongée dans une action strictement grégaire qui n’a plus aucune couleur.

On ne sait pas le remarquer. Prenez le phénomène militaire d’il y a cent ans. Considérez combien il intégrait d’efforts pour qu’il fut répondu à la vie spirituelle, poétique ou simplement humaine de l’homme. Aujourd’hui nous sommes plus desséchés que des briques, nous sourions de ces niaiseries. Les costumes, les drapeaux, les chants, la musique, les victoires (il n’est pas de victoire aujourd’hui, il n’est que des phénomènes de digestion lente ou rapide) tout lyrisme sonne ridicule et les hommes refusent d’être réveillés à une vie spirituelle quelconque. Ils font honnêtement une sorte de travail à la chaîne. Comme dit la jeunesse américaine, “nous acceptons honnêtement ce job ingrat” et la propagande, dans le monde entier, se bat les flancs avec désespoir.

De la tragédie grecque, l’humanité, dans sa décadence, est tombée jusqu’au théâtre de Mr Louis Verneuil (on ne peut guère aller plus loin). Siècle de publicité, du système Bedeau, des régimes totalitaires et des armées sans clairons ni drapeaux, ni messes pour les morts. Je hais mon époque de toutes mes forces. L’homme y meurt de soif.

Ah ! Général, il n’y a qu’un problème, un seul de par le monde.

Rendre aux hommes une signification spirituelle, des inquiétudes spirituelles, faire pleuvoir sur eux quelque chose qui ressemble à un chant grégorien. On ne peut vivre de frigidaires, de politique, de bilans et de mots croisés, voyez-vous ! On ne peut plus vivre sans poésie, couleur ni amour. Rien qu’à entendre un chant villageois du 15ème siècle, on mesure la pente descendue. Il ne reste rien que la voix du robot de la propagande (pardonnez-moi). Deux milliards d’hommes n’entendent plus que le robot, ne comprennent plus que le robot, se font robots.

Tous les craquements des trente dernières années n’ont que deux sources : les impasses du système économique du XIXème siècle et le désespoir spirituel. Pourquoi Mermoz a-t-il suivi son grand dadais de colonel sinon par soif ? Pourquoi la Russie ? Pourquoi l’Espagne ? Les hommes ont fait l’essai des valeurs cartésiennes : hors des sciences de la nature, cela ne leur a guère réussi.

Il n’y a qu’un problème, un seul : redécouvrir qu’il est une vie de l’esprit plus haute encore que la vie de l’intelligence, la seule qui satisfasse l’homme. Ça déborde le problème de la vie religieuse qui n’en est qu’une forme (bien que peut-être la vie de l’esprit conduise à l’autre nécessairement). Et la vie de l’esprit commence là où un être est conçu au-dessus des matériaux qui le composent. L’amour de la maison -cet amour inconnaissable aux États-Unis – est déjà de la vie de l’esprit.

Et la fête villageoise, et le culte des morts (je cite cela car il s’est tué depuis mon arrivée ici deux ou trois parachutistes, mais on les a escamotés : ils avaient fini de servir). Cela c’est de l’époque, non de l’Amérique : l’homme n’a plus de sens.

Il faut absolument parler aux hommes. (…) » 

(le texte intégral en suivant ce lien) 

 En lisant la lettre d’Antoine de Saint Exupéry :

Vos lignes d’il y a 76 ans n’ont pas vieilli. Elles évoquent la pente que nous avons vu se prolonger plus avant, plus profondément dans la matière. Nous sommes allés plus loin que Louis Verneuil dans le superficiel, plus loin que dans l’adoration des Bugatti. La médecine se flatte aujourd’hui de marier les hommes aux robots.

Vos lignes sont poignantes. Elles témoignent du désarroi de leur auteur en cette époque de guerre mondiale. Vous alliez mourir le lendemain au large de Marseille et je peux comprendre que vous puissiez ne pas aimer le siècle que vous avez quitté. Pourtant, si je pouvais vous rencontrer, vous écouter me dire ce que vous percevez de cette évolution, pour vous insensée, je vous demanderais si les étoiles que l’on entend rire du même rire que celui du Petit Prince, peuvent briller dans le ciel quand il fait encore jour. Ne faut-il pas que tombe la nuit pour les apercevoir ? Ne faut-il pas s’abîmer dans une société de frigidaires et de mots croisés pour avoir l’occasion de se saisir un jour d’autre chose ? Ce qui nous était donné collectivement de vivre et de chanter encore au XVème siècle, ne fallait-il pas le perdre pour avoir le goût de le reconquérir et d’en devenir responsable ?

Il est vrai qu’il faudra du temps pour apprivoiser ce qui autrefois nous était donné sans effort, comme malgré nous-mêmes. Cela ne se fera pas tout seul. Comme vous le laissez entendre, il faudra que montent des inquiétudes à la mesure de ce que nous cherchons à conquérir. Toutefois ce temps passé à chercher ce que l’on ne voit plus, rendra unique ce que l’on découvrira. Unique et totalement nouveau.

Nous aurions pu danser longtemps avec les villageois. Cependant, se pourrait-il qu’en les quittant, nous ayons reçu en partage, la chance de goûter au manque de ce qu’ils vivaient ? Le goût de l’eau, on le découvre quand on a soif. Alors si l’homme meurt de soif aujourd’hui, dans ce siècle sec comme une brique, ne serait-ce pas justement parce qu’il est en train de marcher vers un puits nouveau ? Je vous poserais ces questions-là si je pouvais vous rencontrer.

Oui, une lumière s’est éteinte, mais une autre se lève. Celle d’autrefois parlait à l’intelligence et au cœur. C’était celle des tragédies grecques et des danses villageoises. La nouvelle se montre d’abord par les ombres qu’elle projette, parce qu’elle vient de se lever et qu’elle est encore rasante.

Lorsque j’étais enfant, vous me racontiez, à travers un livre, que les déserts sont beaux car ils cachent des puits. Se pourrait-il que notre époque – la vôtre et la mienne-, soit belle de l’aspiration spirituelle que l’on attend de voir pleuvoir sur les hommes, comme jamais sans doute avant ? Cette aspiration dont vous parlez si bien et que vous portez douloureusement, ayant vu les ombres de cette lumière invisible pour les yeux.

Aujourd’hui, le vaudeville est devenu la norme, comme est devenu la norme une pensée grégaire qui normalise les activités humaines à force de statistiques et de bilans. Nous sommes serrés en ce siècle dans une griffe d’acier qui rédige règlement sur règlement pour contrôler les produits que nous consommons. Nous sommes devenus nous-mêmes des produits et nous nous vendons, nous nous prostituons, devrait-on dire, aux grandes industries qui collectent nos données pour notre bien, notre santé, notre sécurité. Nous vendons notre âme à la matière, mais finalement cela procède d’une nécessité. La nécessité à laquelle nous pouvons désormais librement consentir : celle d’apprivoiser notre époque en déversant sur elle, mieux que des chants grégoriens, cette lumière naissante : la volonté de créer des liens au delà de ce que l’intelligence et le coeur permettent, au-delà des sympathies et des antipathies, des liens dont nous serons responsables à jamais.

Ci-dessous, d’autres articles au sujet de citations d’Antoine de Saint Exupéry.

Saint-Exupéry : L’avenir, tu n’as point à le prévoir !

Saint-Exupéry : L’avenir, tu n’as point à le prévoir !

“L’avenir, tu n’as point à le prévoir” (Saint-Exupéry)

 

L’avenir, tu n’as point à le prévoir, mais à le permettre. Cette phrase se trouve dans Citadelle, un roman de Saint-Exupéry. J’ai envie de vous en parler, car elle est pour moi, fondamentale.

1 – Prenez le temps de penser à tout ce que vous pouvez prévoir.

Cela comprend toutes les relations de cause à effet que nous avons apprises depuis le plus jeune âge. Si par exemple je tourne à gauche juste après le frêne à l’orée du bois, je trouverai le même gros rocher qu’hier. Il n’y aucune raison qu’il disparaisse. Il est probablement là depuis des milliers d’années.

 

Eh bien toutes les prévisions qui me permettent de m’orienter et me donnent l’illusion de connaître un peu l’avenir qui m’attend, n’ont pourtant rien à voir avec lui ! Elles appartiennent toutes au passé. Ce que je peux prévoir n’est que du passé que je prolonge et dont je déduis les effets prochains. C’est du passé que je peux même déployer à l’infini, comme le cycle de l’eau, qui perpétuellement, depuis l’origine, s’évapore et retombe en pluie.

 

Ce passé que l’on projette plus loin que maintenant, c’est ce qu’on appelle le futur. Le futur n’est que l’idée que nous nous faisons de plus tard.

 

S’il y avait l’an dernier un tapis de jonquilles dans la forêt, celui que je prévois de retrouver cette année n’est jamais que celui d’il y a un an, réapparu quelques mois plus tard. Je peux me réjouir de le revoir, mais je me réjouis d’abord du retour d’une expérience déjà faite.

 

À chaque fois que nous pensons prévoir ce qui va arriver, nous nous appuyons sur le passé. C’est important de pouvoir le faire, puisque ces récurrences forment le sol sur lequel nous nous tenons.

Mais ce n’est pas l’avenir que nous rencontrons là. Ce n’est que l’idée que nous nous en faisons. Ce n’est que le retour du passé, une récurrence semblable au cycle de l’eau.

 

Par nature, l’avenir est quant à lui imprévu. Il est toujours nouveau, changeant comme une flamme.

 

Suis-je capable de découvrir le tapis de jonquilles que j’ai déjà vu l’année dernière, avec la disponibilité du premier jour ? Suis-je capable de me laisser surprendre par lui ? L’avenir est surprenant. Toujours. Au point qu’on ne peut même pas l’espérer, puisque ce que l’on espère n’est que la projection d’un manque actuel.

 

L’avenir ne découle de rien d’actuel. Il s’approche de nous depuis l’autre côté. Il advient. Il survient. Il est neuf par essence. Notre conscience habituelle en observe l’irruption dans ces hasards qui la bousculent et qu’elle aimerait bien pouvoir expliquer.

 

Et d’ailleurs, dès qu’un imprévu est survenu, il appartient au passé. Il peut alors effectivement être expliqué. On l’explique a posteriori. Mais a priori, l’avenir est imprévisible. Même les statistiques sont impuissantes à prévoir quoi que ce soit.

Le médecin qui explique à une femme enceinte que le risque de fausse couche lors d’une amniocentèse est de 0,06%, confère aux statistiques une fonction magique : elle ne peut choisir ce qu’elle doit faire en se basant sur cette probabilité qui méconnaît en réalité ce que sera l’avenir.

 

Ce que les statistiques permettent de prévoir, ce n’est pas ce qui se passera, mais la possibilité de ce qui pourrait se passer. La possibilité peut être forte, faible, nulle. Cela ne reste qu’une possibilité. Les statistiques ne sont qu’un modèle de possibilités à venir, par définition imprévisibles.

D’ailleurs, n’oubliez pas que les vainqueurs de l’euro-millions étaient tous statistiquement très fortement perdants !

 

Alors sommes-nous capables d’accueillir les imprévus ? Sommes-nous capables d’accueillir ce moment où l’avenir fait irruption dans notre vie ? Là est la question.

L’avenir affleure en permanence. Mais trop souvent, nous ne le percevons même pas. Nous cherchons vite une explication pour prévoir la prochaine fois. Cela nous permet de ne pas avoir peur de ce qui pourrait se passer.

En essayant de savoir ce qui passera, nous voudrions supprimer les mauvaises surprises. Cependant, comme l’avenir est ce qui est toujours nouveau, nous tombons ainsi dans le toujours pareil. Celui d’une vie routinière et sans surprise.

 

2 – L’avenir, tu n’as point à le prévoir, mais à le permettre.

Cette citation d’Antoine de Saint-Exupéry (Citadelle) est le motif de la démarche Saluto.

Elle est un appel à s’éveiller à ce qui vient de l’avenir.

 

Exercice :

À chaque fois que je fais un lien entre ce que je suis en train de vivre et le souvenir d’une situation analogue, je prends un peu de recul et je me demande la chose suivante :

En quoi ces deux situations sont-elles différentes ?

 

Ce qui est toujours pareil, c’est ce qui vient du passé.

Ce qui est toujours différent, c’est ce qui vient de l’avenir.

 

Mettons que j’ai eu déjà deux fois une même expérience malheureuse. Le simple fait de voir cette expérience se répéter, m’indique que je me suis enfermé dans le passé. Pour m’ouvrir à l’avenir, c’est à dire à du changement, il serait intéressant de me demander : En quoi ces deux situations étaient-elles différentes ? Comment étais-je à ce moment-là et à celui-ci ? Du point de vue de l’avenir, les récurrences n’existent pas ! Il n’y a pas deux moments similaires.

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à dire ce que vous en pensez dans les commentaires ci-dessous ! Je répondrai à vos questions, dans la mesure de ce que je peux 🙂